• « »

  • Commentaires

    3
    missdior Profil de missdior
    Dimanche 5 Février 2012 à 05:42

     

    Le pigeonnier des lettres ouvre son vol impossible depuis les tables trémulas où on soutient la mémoire, la gravité de l'absence, le coeur, le silence.   J'entends battu de lettres en naviguant envers son centre.   Où je vais, avec les femmes et avec l'homme je me trouve, malheridos par l'absence, usés par le temps.   Lettres, relations, lettres :  cartes postales, rêves, fragments de la tendresse projetés dans le ciel, lancés de sang à sang et de désir à désir.   Même si sous la terre mon corps aimant est, escríbeme à la terre, que je t'écrirai.   Dans un coin enmudecen des vieilles lettres, des vieilles enveloppes, avec la couleur de l'âge sur l'écriture mise.  Là périssent les lettres pleines de bouleversements.  Là agonise l'encre et défaillent les plis, et le rôle agujerea comme un bref cimetière des passions de d'avant, des amours de d'ensuite.   Même si sous la terre mon corps aimant est, escríbeme à la terre, que je t'écrirai.   Quand toi j'irai être écrit on déplace ce qui est tinteros :  ceux froids tinteros noirs sont mis rouges et trémulos, et une chaleur humaine claire monte depuis le fonds noir.  Quand toi j'irai écrire, toi ils vont écrire mes os :  je t'écris avec l'encre ineffaçable de ma souffrance.   Va là ma lettre chaude, colombe forgée au feu, avec les deux ailes pliées et la direction au milieu.  Oiseau qui poursuit seulement, pour nid air et ciel, de la viande, mains, yeux le tien et l'espace de ton haleine.  ET tu te seras nue dans tes sentiments, sans vêtement, pour la sentir du tout contre ta poitrine.   Même si sous la terre mon corps aimant est, escríbeme à la terre, que je t'écrirai.   Il est resté hier une lettre abandonnée et sans propriétaire, en volant sur les yeux de de quelqu'un qui a perdu son corps.  Lettres qui se sont vives en parlant pour les morts :  rôle en aspirant, à homme, sans oeil qui peuvent le voir.   Entretemps les canines croissent, chaque fois plus conviens près la voix légère de ta lettre égale que l'immense clameur.  Je la recevrai dormi, s'il n'est pas possible éveillé.  ET mes blessures seront, ceux renversées tinteros, les bouches agitées de rememorar tes baisers, et avec leur voix inouïe ils doivent répéter : je te veux.

     

    2
    missdior Profil de missdior
    Dimanche 5 Février 2012 à 05:42
    1
    Mardi 31 Janvier 2012 à 12:24

    coucou comment va tu ma belle

    bien j'espere

    je te souhaite une bonne semaine et t'embrasse

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :